Comprendre le sens des paroles d'un artiste

close
FILTRES DE LA RECHERCHE


2 messages
Salut salut !!
Bonjour à toutes et à tous,voilà je suis tout nouveau sur le forum et ce qui m'a poussé à m'inscrire (en plus de connaître le forum depuis un moment) c'est la question suivante :

Comment comprendre les paroles d'un artiste ? Mais déjà, doit on vraiment comprendre les paroles ? Est ce que certains groupes comme The Kills ou les Doors on vraiment cherchés à nous faire passer un message ? Ou on t ils tout simplement prit une feuille de papier et écrit un truc à l'arrache ?
Je vais essayer d'être plus clair, est ce que ça vous ai déjà arrivé d'écouter les paroles d'une chansons en vous disant "mais sérieux ... Ça veut rien dire ?" Car moi oui et plus d'une fois. Dans certaines chansons on entend une succession de phrases qui parfois ne vont pas très bien ensemble, exemple :

"Tu es passé devant moi
Alors je me brosse les dents" (évidemment c'est une grosse exagération ^^)

Du coup, j'en ai marre, j'ai envie de comprendre mes idols, et certaines personnes, en voyant ces même paroles vont crier au génie alors que moi je trouverai ces paroles vide de sens

Alors ma question au final est
Doit il toujours y avoir un sens ?
Est ce que vous, juste après avoir écouté un morceau, vous allez vous dire "ah .. Mais évidemment, c'est évident, ça coule de source"

Donc, y a t il une méthode spécifique pour la compréhension de parole ou suis je totalement con ?
Je précise que j'écoute essentiellement que du rock anglais ou americain, des groupes comme les Black Angels ou plus connu comme Placebo (eux justement me font un peu chier parfois pour comprendre mais j'y arrive avec deux ou trois recherches (longues :P ))

Merci de votre attention icon_cheesygrin !!
Bisous à tous wink


2 messages
Petit bonus :
Faut il se fier aux traductions des paroles trouvées sur internet ? :


God of Partoch
7 photos
25741 messages
Honnêtement, en général les textes des chansons sont de la daube, sauf quelques rares exceptions....


Au Hit Parade
2291 messages
ah bon? alors je ne suis pas d'accord Saka, donc ça revient à dire qu'un compositeur fait en général de la merde, que ses textes n'ont aucun sens? on interprete un texte à sa façon, avec son ressenti perso, ce que moi je vais comprendre d'un texte de machin ou un tel, quelqu'un d'autre le percevra différement, lui donnera un tout autre sens, parfois loin du sens que l'auteur lui donne

ça ne veut pour autant pas dire que Cabrel fait de la daube, que Cantat fait de la daube, que Dylan fait de la daube etc etc, ensuite j'avoue que parfois faut grave se creuser les méninges pour essayer de piger le sens de certaines chansons, mais c'est aussi ce qui définit l'artiste non? et ce pourquoi aussi on l'aime

de toute façon moi, plus c'est glauque les paroles et plus j'aime, bon ça n'étonnera personne ici je pense icon_cheesygrin

When the power of love overcomes the love of power... the world will know peace.

image du forum



God of Partoch
7 photos
25741 messages
Hé, j'ai parlé d'exceptions, et tu me les cites.... icon_cheesygrin Non, en général, ça reste assez pauvre, avec parfois de belles éclaircies, puis il y a ceux qui ont un joli brin de plume, mais bon, écoute donc ceux qu'on n'écoute pas d'habitude, les merveilleux vers (de mirliton) de Jean Louis, le sens profond de Rhianna, et j'en passe...;


God of Partoch
Petit tabber
1 photo
15274 messages
Modérateur
je serait un peu plus nuancé.
tu as une énorme part de daube qui ne vaut pas la peine de s'attarder plus loin que le sens premier.
tu as des textes qui ont des references litteraires ou autre qui ne prennent un sens que si tu possède les mêmes references.
un exemple j'ai un copain qui était tombé sur une phrase du genre "i fell like a black coated epsilon" si tu n'a pas lu le meilleurs des mondes d'huxley ça ne veut strictement rien dire.
autre exemple la chanson "est ce ainsi que les hommes vivent" de ferré maintes fois reprise est une reference directe à un poême d'aragon.

tu as des expressions quasiment intraduisibles surtout pour les machines sur internet.
trouvé dans une chanson anglaise "don't walk on my plates of meat" rien à voir avec une assiete de viande c'est une expression argotique cockney qui serait plus proche de ne me marche pas sur les pieds qui n'est pas non plus en français a prendre au sens littéral. et au final serait encore plus proche de ne te mêle pas de mas affaires ou fiche moi la paix.

les traducteurs se plantent systématiquement sur les mots à sens multibles.

ensuite il peut y avoir ou des jeux de mots ou des périphrases, métaphores ou autres hyperboles poétiques qui ne sont accessibles qu'avec une certaine culture qui entrecoupe celle de l'auteur (encore faut il qu'il en possède ce qui est un autre sujet)

exemple en sens inverse va traduire inceste de citron en anglais ainsi que l'a fait gainsbourg en l'appelant aussi lemon incest le jeu de mot ne veut plus rien dire pour un anglophone non rompu à notre langue, et même en français une fois dépassé le jeu de mot il n'y a pas grand chose à comprendre dans le titre.
essaie de faire une traduction anglophone de bobby lapointe "avanie et framboise" ou "takati takité"... et reviens nous faire rire avec.

c'est vraiment à voir au cas par cas et à chaque chanson de savoir s'il y a un sens réel et intelligent à une chanson.

autre exemple l'aigle noir de barbara, ce n'est que vers la fin de sa vie qu'elle a elle même dévoilé le sens profond de la chanson qui se rapporte à un viol et à l'inceste qu'elle a subie dans son enfance.

donc on ne peut generaliser la réponse d'une part et les sens que l'on peut trouver sont aussi souvent sujets à caution.
et quand le texte se veut poétique les traductions ne servent qu'à l'embrouiller et à en faire perdre la poésie à 99% des cas.
on peu aussi rajouter les figures de style paraboles hyperboles allégories métaphores alliterations euphémismes oxymores et autres antiphrases qui ne font qu'emberlificoter un peu plus le schmilblick pour un traducteur automatique sur internet qui est le meilleur outil que je connaisse pour faire des contresens épouvantables.

j'ai toujours considéré une chanson comme un poème (que ce soit en langage soutenu, poétique ou en vers de mirliton) soit une chose qui ne peut garder son sens que dans sa langue dans la grande majorité des cas et une traduction ne fait qu'affaiblir la chose et lui faire perdre certains sens et nombre de subtilités (pour peu qu'il y en ait)

va traduire ça dans une langue étrangère qui n'utilise pas notre alphabet par exemple... que ce soit en russe en hebreu ou en chinois ou ce que tu veux
Le verre d'eau

Le mot VERRE D'EAU serait en quelque sorte adéquat à l'objet qu'il désigne… Commençant par un V, finissant par un U, les deux seules lettres en forme de vase ou de verre. Par ailleurs, j'aime assez que dans VERRE, après la forme (donnée par V), soit donnée la matière par les deux syllabes ER RE, parfaitement symétriques comme si, placées de part et d'autre de la paroi du verre, l'une à l'intérieur, l'autre à l'extérieur, elles se reflétaient l'une en l'autre […]

(F. Ponge, Le Grand Recueil)

s'il te reste le moindre sens après la traduction je te paye l'apéro.

même en anglais tu peu tenter, en portugais,
ougandais, à ton gré... tu t'y cassera l'nez.

proverbe shaddock : s'il n'y a pas de solution il n'y a pas de problèmes
image du forum

Artiste en devenir
507 messages
wola
wola a écrit :
on interprete un texte à sa façon, avec son ressenti perso, ce que moi je vais comprendre d'un texte de machin ou un tel, quelqu'un d'autre le percevra différement, lui donnera un tout autre sens, parfois loin du sens que l'auteur lui donne


Cà c'est + que vrai, il y a des chansons avec des mélodies qui reste bien en tête, comme " l'aigle noir ", qui chantait ca déjà ? qui parlent en réalité d'inceste par son pere qu'a vecu cette chanteuse, " je vole " de Sardou qui parle d'un mec qui dit au revoir à ses parents avant de se suicider, c'est assez glauque là icon_cheesygrin et sans savoir cela ce sont ( on aime ou pas ) de belle chanson et faut vraiment creuser pour en comprendre le sens et la révélation de l'artiste pour en connaitre le sens.
Mais en regle général pour les chansons écrite en anglais, il est mieux quelle reste en anglais car les traductions parfois font vraiment flipper.


God of Partoch
7 photos
25741 messages
C'est vrai que j'ai peu nuancé. Et j'aime bien le coup du verre, il y a des trucs du genre dans d'autres langues, c'est du bonheur. Après, en chanson, il y a de tout: du pire, du mauvais, du moyen, du plutôt pas trop mal, et du super... faut explorer.


Au Hit Parade
2291 messages
stephaneg
stephaneg a écrit :

wola
wola a écrit :
on interprete un texte à sa façon, avec son ressenti perso, ce que moi je vais comprendre d'un texte de machin ou un tel, quelqu'un d'autre le percevra différement, lui donnera un tout autre sens, parfois loin du sens que l'auteur lui donne


Cà c'est + que vrai, il y a des chansons avec des mélodies qui reste bien en tête, comme " l'aigle noir ", qui chantait ca déjà ? qui parlent en réalité d'inceste par son pere qu'a vecu cette chanteuse, " je vole " de Sardou qui parle d'un mec qui dit au revoir à ses parents avant de se suicider, c'est assez glauque là icon_cheesygrin et sans savoir cela ce sont ( on aime ou pas ) de belle chanson et faut vraiment creuser pour en comprendre le sens et la révélation de l'artiste pour en connaitre le sens.
Mais en regle général pour les chansons écrite en anglais, il est mieux quelle reste en anglais car les traductions parfois font vraiment flipper.


l'Aigle Noir, c'est Barbara, j'ai longtemps écouté cette chanson tout en ignorant le sens, quand j'ai su le pourquoi, je l'ai écouté d'une autre manière et depuis elle a à mes yeux encore plus d'impact émotionnel

When the power of love overcomes the love of power... the world will know peace.

image du forum



Artiste en devenir
507 messages
Oui, les mots écrit en " license poetique " prennent une autre tournure,
Maintenant quand j entend : un beau jour ou bien une nuit, pres d'un lac, je m"etais endormis, quand soudain surgit un aigle noir... de la peosie, on passe vraiment à quelque chose de dérangeant et d'intime et on a forcemment une écoute différente. Mais c'est peut etre ce qui fait les bonnes chansons, l'intimité...


Artiste en devenir
512 messages
A propos du VERRE D'EAU on pourrait aussi parler d'un VERT D'EAU (ça c'est pour Saka ...) ou encore d'un VERS D'Ô ... mais ça c'est une autre histoire wink Je me sens tout VERDOT (c'est à cause DES ALTERES), d'ailleurs je vais aller VAIRE DOdo (l'enfant Do, dont le vrai prénom est RéMi L'aDoRé) pour aller VERS D'AUtres horizons (là où il y a des lacs sans VERS D'EAU ni D'ORVETS)... et n'oubliez pas qu'une cadence en Do va toujours VERS DO pour être moins poète ... et pour revenir aux couleurs des notes il serait beau en VERT, DO, non ? Ça VAUDRAIT mieux, on pourrait le symboliser par un V D'OR ... aux reflets Verts quand même !

Il est où le traducteur déjà ?

Un petit lien direct vers mes impros en ligne sur Partoch wink http://www.partoch.com/membres/improvisation,2047.html

God of Partoch
Petit tabber
1 photo
15274 messages
Modérateur
là il explose le traducteur
par contre ça deviens assez folichon une fois passé en langue étrangère

 Citation :
About the GLASS OF WATER we could also talk about a GREEN WATER (that's for Saka ...) or a TO THIRD Oh ... but that's another story wink I feel all VERDOT (this is because oF aLTERED), in fact I'm going VAIRE Dodo (Do the child, whose real name is Remi love it) to go to other places (where there are no lakes or tO WATER fOR slow worms) ... and remember that cadence in C tO dO always going to be less a poet ... and return to the colors of the notes it would be beautiful in GREEN, DO, right? It would be better, it could symbolize a V GOLDEN ... Green reflections anyway!

It is already the translator?

qui remis en français par la même méthode donne

 Citation :
A propos du verre d'eau, nous pourrions aussi parler d'une eau verte (ce qui est pour Saka ...) ou un TO TROISIÈME Oh ... mais cela est une autre histoire clin d'oeil je me sens tout VERDOT (Ceci est dû modifiés), en fait, je 'm va VAIRE Dodo (Do l'enfant, dont le vrai nom est Remi aimer) pour aller à d'autres endroits (où il n'y a pas de lacs ou à l'eau pour les vers lents) ... et se rappeler que la cadence en C de toujours faire va être moins un poète ... et revenir aux couleurs des notes, il serait beau en VERT, faire, non? Il vaudrait mieux, il pourrait symboliser un GOLDEN V ... reflets verts de toute façon!

Il est déjà le traducteur?


ça donne une légère idée de la fiabilité de ces outils...et j'ai pas triché juste fait des copiés collés avec gougueule traduction

proverbe shaddock : s'il n'y a pas de solution il n'y a pas de problèmes
image du forum

Artiste en devenir
512 messages
Trop fort, encore mieux qu'un "cadavre exquis", on frise l'oVERDOse icon_cheesygrin

Un petit lien direct vers mes impros en ligne sur Partoch wink http://www.partoch.com/membres/improvisation,2047.html

God of Partoch
23 photos
22559 messages
Modérateur
Diantre, mais dans le rock, béni sont les non-anglophones qui ont le bonheur de ne pas comprendre les textes !

En fait, le rock and roll, c'était au départ une musique à danser. Alors les textes...
L'histoire du brave Johnny Be Goode et ses tribulations plus ou moins autobiographiques étaient largement suffisantes. Un simple Rock Around The Clock faisait l'affaire.

Après, au niveau de la vague anglaise des 60's, il faut remettre les choses dans leur contexte : c'était la guerre des singles.
Il fallait sortir du disque à un rythme effréné. Tu tapais dans une poubelle, 3 groupes de rock en sortaient. Il fallait toujours avoir une actu, toujours faire le buzz, sinon c'était fini. Comme quoi Internet n'a pas tout changé.
Les gars n'avaient pas le temps d'écrire des textes, et s'en souciaient d'ailleurs assez peu.
Les Beatles faisaient volontiers dans le mièvre ou le transparent, et les Stones dans le subversif ou dans l'obscène.
Question d'image.
Alors oui, au détour d'une chanson, on trouvait parfois une belle inspiration. Un beau texte, un peu plus travaillé.
Mais la masse se situait à un niveau d'une indigence affligeante.
Les choses ont finalement peu évolué par la suite.
Donc, selon son style, on peut être grossier, provocateur, mou du slip, sirupeux, teigneux... ça n'engage pas à grand chose en matière de qualité, mais ça permet de toucher un public et de coller à une image.
Dans les 60's, en Angleterre, les Kinks font pour moi un peu figure d'exception, Davies faisant souvent mouche avec ses textes simples mais bien tournés, et touchants, mettant en scène divers personnages de la working class, toujours dépeints avec amour.

Après, le sens des paroles.
Parfois, il faut avoir les codes. Certaines chansons demandent une "clé" pour les comprendre. Sans ça, elles restent floues.
C'est le cas de l'Aigle noir, qui passe d'une chanson poétique et vaguement mystérieuse à un chef d'oeuvre qui donne froid dans le dos.
C'est le cas de Wild Horses des Rolling Stones, quand on sait que le "Wild Horses, couldn't drag me away" avait été prononcé par Marianne Faithfull quand elle avait failli mourir.
C'est le cas de "Mr Tambourine Man" de Bob Dylan, pour peu que l'on sache que dans la chanson, l'homme au tambourin est en fait son dealer.
Il y a pas mal de chanson, comme ça. C'est délicat à réaliser.
Le plus délicat à réaliser (et les Beatles, que je taillais un peu auparavant, ont notamment su le faire) ce sont les chansons à double sens de A à Z. Un sens premier degré évident, et un sens second degré beaucoup plus subversif. Une chanson n'est pas toujours aussi niaise qu'on le croit.

Il y a des chansons qui n'ont pas un sens, mais mille.
un ami prof d'anglais aime faire étudier "Like a Rolling Stone" de Dylan.
S'il est clair pour à peu près tout le Monde qu'il s'agit de la description d'une déchéance ; d'une descente aux enfers, personne ne trouve jamais le même sens dans la chanson.
On peut chercher à qui elle s'applique : elle peut coller à la peau de bien des personnages.
Même le ton de la narration peut prêter à discussions. certains le trouveront empathique, d'autres neutres, et d'autres cruel, selon l'histoire qu'ils auront calqué dessus.
Ca, c'est du grand art.

Il y a la chanson "qui a quelque chose à dire".
Certains modèles du genre sont finalement assez faibles. Dylan a lui-même désavoué ses protest songs (en pensant plus précisément à Blowin in the wind, qui l'avait porté au pinacle) avec "my back pages", où la phrase "I become my ennemy in the instant that I preach" est assez claire. Mais à côté de ça, comment ne pas trouver jubilatoire le texte de "The times they are a changin'" ?
De chansons engagées, des chansons qui ont quelque chose à dire, il y en a donc d'excellentes, comme il y en a beaucoup de très niaises, mais elles cultivent rarement le mystère, puisque le message est destiné à être compris de façon très claire (quoique certains cultivent l'ambiguïté, et il faut une grosse maîtrise de la langue pour le détecter. En Français, Sardou en fait partie).

Il y a la chanson plus ou moins impressionniste. En la disséquant, tout n'est pas clair, et pourtant, le sens général du propos est lumineux. A condition, là encore, de maîtriser suffisament les tournures de la langue.
Puisque je suis parti à citer Dylan, "A hard rain a gonna fall" est un peu dans cette veine.
En français, Cabrel s'y est essayé aussi, avec un peu moins de bon goût dans les images, avec un peu moins de talent. je le péfère sur ses albums plus récents (depuis Samedi Soir sur la Terre) avec des textes plus sobres (et soMbres, d'ailleurs), plus clairs, beaucoup plus efficaces.

Il y a la chanson surréaliste. On me dira que je cite beaucoup Dylan, mais quand on parle de textes en anglais...
Donc, Desolation Row en est un exemple précis.
Difficile de comprendre clairement quelque chose à ce défilé de personnage. Et pourtant, la desolation row, on la voit. On pourrait presque la toucher. L'ambiance est évidente, envahissante.
Morrisson s'y est également essayé, avec, pour moi, des résultats inégaux (parfois géniaux, certes...)

Et puis il y a les chansons qui ne veulent rien dire. Qui n'ont aucun sens.
Les chansons absconses.
C'est d'autant plus pathétique que certains sont bien pompeuses, veulent en jeter. Alors qu'il n'y a rien derrière, rien à creuser, rien à sauver.
Et des textes comme ça, dans le rock / hard / métal, je t'en donne 13 à la douzaine.

Et la poésie, dans tout ça, bord*l ? icon_cheesygrin
Elle peut se nicher partout, dans n'importe quel style.
Elle est souvent désespérément absente, hélas. Ou, pire, désespérément lourde et maladroite.

The Duck & The Stray Rats forever !
image du forum





>> Plan du Bienvenue au PUB !! | suivi de la discussion | Tags : paroles, les, comprendre, plus, alors, comme, moi, sens, question

+